PETITE MISE EN GARDE

Certains de nos compatriotes ont tort de raconter urbi et orbi qu’il n’ y a pas eu d’accords d’Evian mais seulement des déclarations unilatérales du gouvernement français. Je recommande à ce sujet l’article de Guy Pervillé sur son site et sur Etudes Coloniales.
1°) Krim Belkacem a signé et paraphé chaque page du texte d’Evian, il a insisté pour le faire.
Ce faisant, il a engagé la responsabilité du FLN et lourdement.

2°) Les accords portaient sur le CLF, les bases du Sahara, la création de l’Exécutif Provisoire et l’organisation du referendum, entre autres.
3°) Les déclarations gouvernementales n’étaient pas unilatérales. Ni le GPRA, ni le CNRA n’ont rejeté Evian. Des critiques furent exprimées mais il n ‘y eut pas rejet. Ben Bella fit allégeance aux accords en août 1962. Ceci lui a valu ultérieurement en 1965 l’accusation d’avoir été « l’homme de De Gaulle » (sic). Les déclarations comme le CLF furent mentionnés dans le referendum et, au total, la violation des garanties reconnues à la minorité européenne engagent trés lourdement la responsabilité du FLN et de ses chefs. On fait un grand cadeau au FLN en prétendant qu’il n’a rien signé, ni approuvé, ni validé.
Il faudrait sortir de cette situation où tout PN se croit un expert en histoire, en islamologie et en géopolitique seulement parce qu’il est né là-bas.
Autre erreur commune :
Personne n’employait le terme Pied-Noir en Algérie. Les intéressés le rejetaient. Quelle ânerie!
Ce terme était courant dès 1956 et peut être avant. Voir là encore la remarquable étude de Pervillé. (sur son site).
Un livre s’est beaucoup vendu en Algérie, et aussi en France d’ailleurs, durant l’année 1957. Il s’appelait précisément Les Pieds Noirs. L’auteur en était Georges Damitio, un sportif de haut niveau champion olympique né au Maroc.
Ce livre eut un beau succès ce qui n’eût pas été le cas si les nôtres eussent rejeté le terme.
JEAN MONNERET
21 mars 2012

Vous aimerez aussi...