LES ARISTOCRATIES SECRETES

Cet article doit beaucoup, l’essentiel en fait, à D. Venner, à son éditorial du numéro 45 de la NRH. Il y citait une phrase de J-P.Sartre à propos d’Ernst Jünger:
« Je le hais, non comme allemand, mais comme aristocrate. »
Or, Junger n’était pas né dans une famille noble cependant………..
A ce point je préfère laisser la parole à Venner:

« Il l’était de naissance par une mystérieuse alchimie intime. A la façon de la petite fille et de la concierge de L’élégance du hérisson. A la façon encore de Martin Eden, personnage éponyme du roman de Jack London. Né dans les bas-fonds et la pauvreté, Martin Eden avait une nature noble. Un hasard le mit, tout jeune, en présence d’un milieu raffiné et cultivé. Il s’éprit même d’une jeune fille appartenant à ce monde. La découverte de la littérature éveilla en lui une vocation d’écrivain et une formidable volonté de se surpasser, de sortir du néant d’où il venait.. Ce qu’il fit à la suite d’épreuves démesurées. Devenu écrivain célèbre, il découvrit simultanément la vanité du succès et la médiocrité de la jeune bourgeoise qu’il avait crû aimer. Dès lors, il se tua. Cette fin n’a pas d’importance pour mon propos. Des Martin Eden qui survivent à leurs désillusions, il en existe et il y en aura toujours. Ce sont des âmes nobles, énergiques et « aristocratiques ». Mais pour que de telles natures « se déclarent »comme on dit des bons chiens de chasse,et ensuite se hissent vers le haut,le stimulant de modèles est irremplaçable.Les exemples vivants d’héroïsme et d’authentique noblesse forment à travers les âges une sorte de chevalerie secrète, un Ordre implicite dont Hector le Troyen fut le précurseur. Ernst Jünger en fut une incarnation en notre temps. Sartre ne s’y était pas trompé. »
Venner est revenu sur ce thème dans le numéro suivant de la NRH, en ces termes:
« Je voulais suggérer qu’il existe dès maintenant, à titre individuel, une élite invisible, étrangère aux distinctions de classes. Ce sont des hommes et des femmes qui, par souci d’excellence personnelle, s’imposent silencieusement des devoirs supérieurs. On les rencontre dans bien des milieux. Nul lien ne les associe et nul signe apparent ne les distingue aux yeux du commun. »
2 mars 2010

Vous aimerez aussi...