LE MINISTERE DE LA NON IDENTITE NATIONALE

La science politique vient de faire un grand bond en avant (ou en arrière) depuis que M.Besson a déclaré: « La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion; c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. »
Je ne m’étonne plus d’apprendre à intervalles réguliers que des jeunes sifflent la Marseillaise et que certains, à Toulouse, y brûlent le drapeau français. Sans doute ignorent-ils la notion de patrie et celle de « conglomérat » les rebute peut être. Qui voudrait être pris pour un « congloméré« ?

En effet,à prendre la déclaration bessonienne au pied de la lettre, on a une bonne définition de ce qu’est la « non identité nationale ». Nous apprenons que nous Français ne sommes pas un peuple. Quid dès lors de la souveraineté populaire? Quid de la Justice, rendue au nom du peuple? A lire le Ministre, il y aurait en effet plusieurs peuples sur le territoire français. Ca promet.
Nous n’avons pas non plus de langue. Ce qui pourrait signifier que le Français que nous parlons et écrivons, que d’aucuns parmi nous défendent, n’est qu’une langue parmi d’autres. Lesquelles au fait?
Lorsque je travaillais, je me souviens pourtant d’un rappel du Ministère qui avait jugé bon de préciser que  » le Français était la langue de la République. » Mais tout cela c’était avant la révolution bessonienne. Désormais,la République n’a plus de langue.
Ni de religion d’ailleurs. Certes il y a les racines chrétiennes du pays mais ça, c’est une lubie d’historiens et l’Histoire, M.Besson peu lui chaut.
Au total donc je suis obligé de conclure que nous ne sommes pas, ou plus, une Nation. En effet, selon le Larousse: « Une nation est une communauté humaine installée sur un même territoire et qui possède une unité historique, linguistique, religieuse, économique plus ou moins forte. »
Si donc, Louis XIV, Napoleon, Clémenceau ont cru que la France était une Nation, ce fut une illusion. Ca c’était avant Besson. A vous et moi qui crûmes longtemps être des Français de souche il faut crier: « Halte là! » Nous n’existons pas. La France est un conglomérat (j’allais écrire un ramassis) de peupleS. Vous avez bien lu peupleS avec un s et pas individus.
Nos ancêtres morts pour la France ne sont pas morts pour la Patrie mais pour le Conglomérat. Définition du « conglomérat » dans le Larousse: « Roche formée de matériaux grossiers, réunis par un ciment calcaire ou siliceux ». Un bond en avant de la science politique vous dis-je!
Quelqu’un a parlé jadis du niveau 0 de la politique. Le bessonisme nous projette vers des abîmes
Pour ma faible part, je resterai fidèle à ce qu’autrefois on m’enseignait à la petite école et qui correspondait à la définition du Larousse. A toutes les bessonades, j’ai envie de répondre par ces vers de V.Hugo:

Ceux qui pieusement, sont morts pour la patrie
Ont droit qu’à leur cercueil, la foule vienne et prie.
Entre les plus beaux noms, leur nom est le plus beau.
Toute gloire prés d’eux passe et tombe éphémère;
Et, comme ferait une mère,
La voix d’un peuple entier les berce en leur tombeau!

Et à ceux qui crachent sur notre Patrie malade, à ceux qui nous insultent et brûlent notre drapeau, je dirai, comme Victor Hugo encore:

………….Ah! Je voudrais
Je voudrais n’être pas Français,pou pouvoir dire
Que je te choisis,France,et que,dans ton martyre,
Je te proclame,toi que ronge le vautour,
Ma patrie et ma gloire et mon unique amour!

27 janvier 2010.

Vous aimerez aussi...