Interrogations diverses

INTERROGATIONS DIVERSES
A qui réfléchit sur les sources et les causes du terrorisme ainsi que sur les moyens de le combattre, les deux premiers mois de l’été furent l’occasion de profonds étonnements et de multiples interrogations. A ceux, comme nous, qui gardent sur l’estomac le fameux discours de Constantine du Président Sarkozy, c’est peut-être pire. Comme l’a écrit, euphémiquement, le Professeur Jacques Marseille, le chef de l’Etat en a fait, peut-être, un peu trop pour « excuser » les « méfaits » du système colonial (Le Point. 13 décembre 2007).
Pour nous, cela va trop loin, car le Président dit que le déferlement de violence du 20 août 1955, qui submergea le Constantinois, et, je cite, « tua tant d’innocents », était le produit « de l’injustice que, depuis plus de 100 ans, le système colonial avait infligé au peuple algérien ». Autant dire que le terrorisme qu’exerça le FLN avait une excuse.

Quelle excuse ?
La colonisation, parbleu !
Or, le même président Sarkozy en visite à Bethléem le 24 juin dernier y a fustigé le terrorisme. Celui du Hamas cette fois. Cette organisation, grande pépinière de terroristes en tout genre, est en effet bien connue pour ses « kamikazes », ses fusées dirigées contre les civils, etc…
Or, Nicolas Sarkozy a eu, à ce propos, une phrase très juste qui devrait faire réfléchir tout un chacun : « On ne répare pas une injustice par le terrorisme » a-t-il affirmé. Que n’a-t-il dit cela à Constantine devant les dignitaires de ce régime algérien issu du terrorisme et qui en portera à jamais la marque !
Rappelons qu’en Algérie, le terrorisme fut pour le FLN un moyen de lutte délibéré, choisi, assumé. Il faisait intégralement partie de la Proclamation révolutionnaire diffusée lors de l’insurrection du 1er novembre 1954 :  « … la continuation de la lutte par tous les moyens jusqu’à la réalisation de notre but » (cad l’indépendance).
Alors ? Vérité au Proche-Orient ; erreur en deçà ? Autre source d’étonnement, les négociations abouties entre Israël et le Hezbollah pour récupérer les corps de 2 soldats de Tsahal enlevés. Israël a accepté de relâcher 5 palestiniens accusés et condamnés pour terrorisme. L’un d’eux avait accompli « l’exploit » d’assassiner une fillette juive de 4 ans, dont il avait fracassé le crâne. Ce personnage a été fêté comme un héros au Liban ainsi que ses 4 compagnons élargis avec lui. Au rythme où vont les choses et sachant que Madame Zohra Drif a été désignée en Syrie comme héroïne du monde arabe, on peut tout craindre. Demain, ces cinq lascars ne seront-ils pas montrés en exemple aux jeunes du Proche-Orient ? N’est-ce pas déjà le cas ? Où va le monde ?
Le 22 juillet 2008.
Jean Monneret

Vous aimerez aussi...