Aller au contenu


- - - - -

La phase finale de la guerre d'algérie, édition revue, corrigée et complétée


L'année 2003 etait l'année de l'Algérie en France. Malheureusement et alors que l'on pouvait espérer des débats sérieux sur le passé et l'histoire commune de nos deux pays, les médias audiovisuels ont marqué leur préférence pour des films partiaux, faisant un procès sans nuances de la colonisation et de l'Armée Française. Depuis quelques temps, d'autres responsabilités, et d'autres aspects du conflit avaient pourtant été soulignés notamment à propos de la tragédie des Harkis. Mais pour l'essentiel, les condamanations unilatérales et la propagande ont pris le dessus. Depuis quelques temps, un journal du soir s'efforce de condamner unilatéralement la France et exige sa repentance. C'est une déformation de l'Histoire.
Il conviendrait que tous les aspects de cette Guerre, qui a duré huit années, soient analysés sans parti pris et sans a priori idéologique. C'est pourquoi en publiant La phase finale de la Guerre d'Algérie, en février dernier aux Editions L'Harmattan, j'ai voulu mettre en avant des épisodes mal connus, voire totalement occultés de la période qui s'etend de 1960 à 1962. J'ai principalement étudié le rôle des "barbouzes" (p.36), les causes et le déroulement de la fusillade de la rue d'Isly, le 26 Mars 1962 (p.70), les enlèvements d'Européens par le FLN (plus de 3000 personnes) (p.118), et j'ai expliqué, documents d'archives à l'appui, ce qui s'est passé le 5 juillet a Oran et la réalité des massacres commis (p.243). Sur les négocaitions secrètes FLN-OAS (p.196), ainsi que sur la question des Harkis (p.320), j'ai également révélé de nombreux faits nouveaux.Mon travail prend sa source dans une thèse universitaire de plus de 800 pages, que j'ai présenté en Sorbonne il y a cinq ans. Pendant deux décennies, j'ai interrogé des dizaines d'hommes politiques comme Messieurs Morin, Peyrefitte, Santini, Soustelle, Tricot ainsi que les dirigeants survivants de l'OAS; de multiples hauts fonctionnaires, comme le sous-prefet d'Alger Vitalis Cros, dont j'ai pu utiliser les archives, des dizaines d'officiers généraux et supérieurs ayant joué un rôle capital dans le conflit comme les généraux Aussaresses, Jouhaud, Katz, Massu, Meyer, et des centaines de témoins.J'ai eu largement accès aux archives du Service Historique de l'Armée de Terre, et en particulier à de nombreux dossiers du 2ème Bureau jamais ouverts aux chercheurs auparavant. Mon livre est donc un des mieux documentés sur cette guerre d'Algérie qui continue de marquer notre vie politique et commence à peine d'être abordée scientifiquement par les historiens.Les efforts de mon éditeur ont permis une diffusion correcte de ce livre. Le boycott des medias n'en est pas moins réel. Je compense ce handicap en m'appuyant sur mon propre réseau d'amis et de connaissances. C'est pourquoi je fais appel à vous pour me soutenir dans ce combat. En achetant mon ouvrage au prix avantageux que je vous propose, vous aprofondirez votre connaissance de l'Histoire tout en contribuant a la liberté d'expression. Vous combattrez aussi ceux qui ont fait de la désinformation sur l'Algérie et la Guerre d'Algérie, leur premier cheval de bataille.

Image attachée: 1.jpg


0 commentaire(s)