Colloque du 14 mars 2013 : L’Accord du 19 mars 1962 et ses conséquences

Le 19 mars est donc devenu une journée officielle de commémoration par la « grâce » du Parlement qu’ont élu les Français.
Pour nous, Pieds-noirs, harkis, responsables des associations, historiens attachés à défendre la vérité, c’est une défaite grave , il ne faut pas se le cacher. Dans ces conditions, il ne serait pas inutile de faire un peu d’autocritique. Avons-nous su communiquer ? Avons-nous bien défendu la vérité historique ?

1) Prenons la question des enlèvements d’Européens perpétrés après le 17 avril 1962.

Nous savons aujourd’hui par les recherches de J. J. Jordi et de quelques autres que sur 3000 personnes enlevées, les disparus s’élèvent à 1583, dont 1253 après le 19 mars auxquels il faut rajouter 170 personnes dont on a retrouvé les cadavres.
Est-il clair pour nous que les autres ont été libérés ou retrouvés, (certes en piteux état) ?
Trop souvent, certains s’expriment comme s’il y avait eu 3.000 disparus assassinés. Nous devons être rigoureux.
Pendant des années, le chiffre de 25.000 Européens disparus a circulé.

Nous avons tardé à abandonner ce chiffre déraisonnable dû à un scribouillard du Ministère des Rapatriés, qui l’avait confondu avec le chiffre des soldats français morts au combat.
Nous avons suffisamment protesté contre les chiffres absurdes du FLN :

  • 1 million de Musulmans tués par l’armée française
  • 45000 Musulmans tués par l’Armée et les milices locales le 8 mai 1945 à Sétif et Guelma. Les historiens ont à juste titre démoli ces chiffres, qualifiés de chiffres idéologiques.Nous ne devons pas opposer à une propagande soviétoïde, une contre propagande du même type. Pas de chiffres idéologiques chez nous. Diffusons plutôt le DVD de C. Feinstein sur Les Disparus. Travail remarquable. Nous avons un devoir de rigueur.

    2) Les événements du 5 juillet à Oran.

    Nous connaissons mieux les événements d’Oran. La non-intervention de l’Armée est désormais prouvée documents à l’appui .Et c’est une sacrée différence.
    Les travaux de Jordi sont éclairants :700 morts européens à Oran le 5/7 auxquels il faudrait rajouter 100 morts musulmans.
    Or, c’est très exactement ce que l’on disait ,il y a 50 ans, ce fut le chiffre employé par le Docteur Couniot dans son premier article historique sur le sujet.C’est celui que rapporta le regretté Mgr Boz également.
    Or, au cours des décennies, certains ont cru bon de multiplier le chiffre par 7. Quelle erreur !
    N’IMITONS PAS LE FLN.
    De plus l’Histoire du 5 juillet commence à être sérieusement polluée par des thèses complotistes.
    Certes, les complots existent, mais, en matière historique, un complot n’existe que lorsqu’il est prouvé.
    Ce ne sont pas des preuves qu’il faut! Il faut des preuves EN BETON !!!!!
    Certains voudraient que le 5 juillet soit le résultat d’un complot benbelliste. Pourquoi pas ? On ne prête qu’aux riches.
    Mais où sont les preuves ? IL N’Y EN A AUCUNE DANS CE QUE JE LIS A CE SUJET :Il y a un communiqué de l’ALN des frontières tout à fait surinterprété.
    Il y a le fait que les manifestants musulmans sont entrés armés dans le centre d’Oran. C’est vrai. Mais cela ne prouve pas qu’il en était ainsi à cause des manouvres de Ben Bella et du groupe de Tlemçen. Cela reste à prouver.
    NOUS AVONS UN DEVOIR DE RIGUEUR ET POUR LES CHIFFRES ET POUR LES ANALYSES.

    3)Le 26 mars 1962.

    Sur ce sujet, il n y a pas de décrochage par rapport à l’Histoire. Pas de chiffres extravagants non plus. Ceci est dû à la pondération et à la maturité des deux dirigeants qui s’occupent de la commémoration. La nécessité de la rigueur ne leur a pas échappé.
    Je regrette seulement que ne soient pas davantage diffusés les importants éléments de l’enquête que mena, en son temps feue Francine Dessaigne. Ses contacts avec les officiers généraux qui avaient vécu les événements dans l’entourage d’Ailleret sont très importants sur le plan historique. Les archives qu’elle a consultées, son propre Fonds Dessaigne déposé à Vincennes et ouvert à tous, sont un trésor pour les historiens. Il faut le faire savoir.
    Trop des nôtres s’imaginent que la thèse gaulliste sur le 26 mars est absurde et qu’il ne faut pas perdre de temps à la réfuter. ERREUR !

    Le pouvoir attend qu’il n’y ait plus de témoins pour produire ses propres documents biaisés, notamment le rapport Garat de la gendarmerie.
    Ce dernier repose en particulier sur la photo d’une volkswagen criblée de projectiles. Selon les gendarmes, ces impacts prouveraient qu’il y a eu un tir de F.M. venant de la rue Lelluch. Or, nous avons fait faire une contre-expertise balistique par un expert près les tribunaux. Elle ne valide absolument pas la thèse Garat. IL FAUDRAIT EN PARLER LARGEMENT.
    Ne faisons pas de la contre-propagande, faisons de l’HISTOIRE !!!!

7 février 2012

Un journaliste de Libération a récemment expliqué que tous les Pieds-Noirs n’avaient pas quitté l’Algérie en 1962, (ce qui est vrai) et que ceux qui étaient restés (200.000 d’après lui, ce qui est inexact) n’avaient connu ni la valise ni le cercueil, ce qui est faux.
Voici un texte du Figaro de 1964 qui montre quelle était, REELLEMENT la situation des Français restés en Algérie y compris pour les plus « libéraux » comme Blachette.

[attachment=42:lefigaro121164p.jpg]

PETITE MISE EN GARDE

Certains de nos compatriotes ont tort de raconter urbi et orbi qu’il n’ y a pas eu d’accords d’Evian mais seulement des déclarations unilatérales du gouvernement français. Je recommande à ce sujet l’article de Guy Pervillé sur son site et sur Etudes Coloniales.
1°) Krim Belkacem a signé et paraphé chaque page du texte d’Evian, il a insisté pour le faire.
Ce faisant, il a engagé la responsabilité du FLN et lourdement.

2°) Les accords portaient sur le CLF, les bases du Sahara, la création de l’Exécutif Provisoire et l’organisation du referendum, entre autres.
3°) Les déclarations gouvernementales n’étaient pas unilatérales. Ni le GPRA, ni le CNRA n’ont rejeté Evian. Des critiques furent exprimées mais il n ‘y eut pas rejet. Ben Bella fit allégeance aux accords en août 1962. Ceci lui a valu ultérieurement en 1965 l’accusation d’avoir été « l’homme de De Gaulle » (sic). Les déclarations comme le CLF furent mentionnés dans le referendum et, au total, la violation des garanties reconnues à la minorité européenne engagent trés lourdement la responsabilité du FLN et de ses chefs. On fait un grand cadeau au FLN en prétendant qu’il n’a rien signé, ni approuvé, ni validé.
Il faudrait sortir de cette situation où tout PN se croit un expert en histoire, en islamologie et en géopolitique seulement parce qu’il est né là-bas.
Autre erreur commune :
Personne n’employait le terme Pied-Noir en Algérie. Les intéressés le rejetaient. Quelle ânerie!
Ce terme était courant dès 1956 et peut être avant. Voir là encore la remarquable étude de Pervillé. (sur son site).
Un livre s’est beaucoup vendu en Algérie, et aussi en France d’ailleurs, durant l’année 1957. Il s’appelait précisément Les Pieds Noirs. L’auteur en était Georges Damitio, un sportif de haut niveau champion olympique né au Maroc.
Ce livre eut un beau succès ce qui n’eût pas été le cas si les nôtres eussent rejeté le terme.
JEAN MONNERET
21 mars 2012

Pieds-Noirs, mes frères !

Il faut nous résigner : la France ne nous aime pas. Nous dérangeons.
En 1962, le Maire d’une grande ville du Sud nous invitait à aller nous faire pendre ailleurs. Pendant plus de 4 décennies, nos morts, nos disparus furent tranquillement « oubliés » par tout ce que le pays compte d’officiel.
Par contre, depuis 15 ans, la France médiatique n’en finit plus de déplorer les victimes de �?�.. l’Armée française. Les victimes du 8 mai 1945, les victimes de la Bataille d’Alger, les victimes du 17 octobre 1961, ont été abondamment pleurées, honorées, plaintes. Le Maire de Paris a fait apposer une plaque pour ces dernières. Les porteurs de valises ont eu droit à des téléfilms élogieux, Les Frères des frères. etc�?�..
Regardons les choses en face ! La France d’aujourd’hui est un pays qui choisit ses victimes. Il y a les bonnes, celles qui alimentent la repentance, le déni national. Il y a les mauvaises, les nôtres, celles qui rappellent que le FLN n’était pas composé de purs esprits, et de chevaliers blancs. Alors là !
Si une municipalité, comme celle de Perpignan décide de rappeler que nous avons perdu des milliers des nôtres, enlevés, torturés, jamais retrouvés, portés disparus, jusqu’à ce jour ! Alors, rien ne va plus !

MRAP, LDH, Libération etc nous tombent sur le râble. Comment pouvez-vous célébrer certaines victimes et pas les autres ? Quel sectarisme ! En vain, tenterez-vous d’arguer que des autres victimes, on a beaucoup parlé, que la télévision les déplore sans cesse et quasi-exclusivement. En vain ferez-vous remarquer que Pieds-Noirs et Harkis enlevés et massacrés, on n’en a guère parlé dans les médias.
On pourrait imaginer le petit dialogue suivant entre un PN et un FA (Français anticolonial) :
PN : C’est que, voyez-vous, les nôtres on en a pas parlé.
FA : Pas parlé ? Mais vous n’y êtes pas. Il ne faut pas en parler. Ce serait engager un conflit mémoriel.
PN : Pourquoi alors parle-t-on des autres ?
FA : Ce n’est pas pareil. Déplorer les victimes de la répression militaire française, est nécessaire pour que la France regarde son Histoire en face.
PN : Mais n’est-ce pas une façon hémiplégique de voir les choses ? N’est-ce pas une France borgne qui regarde l’Histoire ?
FA : Pas du tout ! Rappeler les victimes du terrorisme, les victimes du FLN, c’est vouloir revenir en arrière. C’est être partisan. C’est rouvrir les plaies.
PN : �?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?��?� !!

Eh oui ! Chers compatriotes, chers frères, nos victimes ne sont pas les bonnes. Elles empêchent les bien-pensants de digérer.
Un certain SPECIALISTE de l’Algérie, réunit en un volume de 700 pages une multitude d’articles sur la Guerre d’Algérie. Il nous invite à passer « de la Mémoire à l’Histoire » et à « rompre avec l’amnésie ». Eh bien ! Si vous avez du temps à perdre, comptez le nombre de lignes qu’il consacre aux centaines de pieds-noirs enlevés à Oran, le 5 juillet 1962. Le compte sera vite fait. Amnésie, quand tu nous tiens !
Lorsqu’un monument est inauguré à Perpignan pour nos disparus, des contre-manifestants regrettent que l’on honore ainsi �?��?��?�. le colonialisme !
On pourrait penser qu’être pied-noir est un crime en soi. C’est être un agent du colonialisme par essence, partout, tout le temps, même quarante ans après. Quelqu’un a même osé écrire dans un journal du Midi qu’il y avait des victimes « moins respectables » que d’autres. Les nôtres bien sûr.
Pauvre journal qui accueille de pareils propos !
Pauvre pays où l’on tolère cet irrespect pour des morts, quand toutes les civilisations ont eu à coeur de les honorer.
Et je pense à ces familles de disparus, à leurs êtres chers, enlevés, molestés, torturés. Des familles qui ont reçu un peu de baume au coeur les 24 et 25 novembre derniers, mais que n’a pas épargnées la bave, de ces ouvriers d’iniquité dont parle l’Ecriture.