Lettre au Figaro le 18 janvier 2009

Monsieur Jean MONNERET
Historien
à
Monsieur Michel Schifres
Comité éditorial du journal Le Figaro

Je m’inquiète depuis un moment de voir la qualité du français baisser au Figaro. Faut-il craindre de voir le franglais désormais déchaîné sur les radios et les télévisions y triompher ?
Quelques exemples, si vous le permettez :

Dans le Figaro du 24-12-08, sous la plume du docteur Pérez, dans un article intitulé Existe-t’il des recettes pour être heureux, p.11, le mot addiction est utilisé à la place du mot français dépendance. Il s’agit là d’un anglicisme caractérisé.
Dans le Figaro du 6 janvier 09, madame Marie-France Calle, publie un article intitulé Dehli pointe la piste pakistanaise, p.8.
De toute évidence, le verbe pointer est utilisé au sens anglais de montrerou désigner.
Dans le Figaro du 12-01-09, sous la signature de Laure Maindeville, on peut lire ceci : « Le président élu est en train de mettre en place une équipe dédiée qui doit être opérationnelle dès le 20 janvier ».
Dédiée est ici utilisé par confusion avec l’anglais dedicated qui signifiedévoué, engagé, très actif. Je n’ai pas besoin de préciser qu’en français, dédié signifie consacré, attribué solennellement.
Dans le Figaro du 15-01-09, le docteur Pérez nous parle de la check-list qui réduit d’1/3 les décès au bloc opératoire. Or dans l’article elle explique, elle même, que la check-list est une liste de contrôle. Pourquoi ne pas utiliser ce terme uniquement ?
Dans le Figaro du 16-01-09, monsieur Adrien Jaulmes, nous apprend que« chaque immeuble peut servir de poste à un sniper« . Pourquoi utiliser ce mot anglais alors que nous avons en français le mot franc-tireur que l’on utilisa beaucoup pendant l’occupation et qu’un journal parisien reprit même en titre ?
Tels sont Monsieur le vice-président, quelques-uns des problèmes illustrant mon propos.
Dans l’espoir que vous ferez le nécessaire pour qu’il soit remédié à tout cela, je vous prie d’agréer l’assurance de ma sincère considération.
Le 18 janvier 2009